Nombre total de pages vues

samedi 30 octobre 2010

Avignon, Prison Sainte Anne : demeure de caractère, beaux volumes, meublée, vue sur le Rhône…



L’une des plus anciennes prisons de France a fermé ses portes à Avignon dans le Vaucluse. Vieille de 132 ans, l’histoire de la prison Sainte Anne s’est ainsi achevée le 26 mars 2003. Il va sans dire que la prison Sainte Anne représente un enjeu important tant par sa surface, sa situation que son histoire. 



Depuis la Révolution, les détenus étaient conduits à la tour de la Campane qui servait de prison apostolique puis de prison départementale. Néanmoins, la tour de la Campane se révéla vite trop exiguë. La ville d’Avignon songea alors d’ouvrir une nouvelle prison près de l’ancien hospice des Insensés. Eugène Pascal, architecte, élabora le plan de la nouvelle prison qui débordait amplement sur l’ancien hospice. Pour ce faire, de nombreuses expropriations eurent lieu mais la chapelle de l’hospice, dite des Pénitents noirs, fut épargnée. Les travaux commencèrent en 1865 et se terminèrent en 1871.

    
  
La chapelle des pénitents noirs,
accolée au mur d'enceinte et classé depuis 1906
( base Mérimée).
La prison s’étend sur une superficie de 8400 m2, soit 140 mètres de long et 60 mètres de large. Le périmètre est protégé par deux remparts: d’une part, par le rocher des Doms et d’autre part, par un haut mur datant du XIVème siècle. Un chemin de ronde fait le tour de la bâtisse. L’entrée se trouve au sud. On y trouvait également les bâtiments administratifs et une grande cour qui n’existent plus aujourd’hui. Les bâtiments principaux possèdent deux à trois étages. Le quartier des hommes se trouvait au nord et celui des femmes au centre. La prison Sainte Anne n’est pas construite sur le modèle de l’isolement cellulaire véhiculé sous la Monarchie de juillet puis sous la IIIème République. Il s’agit d’une prison de quartier avec chambre commune. Ce n’est qu’en 1905 que de nouveaux travaux sont engagés afin de créer un quartier cellulaire. La prison avait aussi une chapelle qui sera par la suite transformée en cuisine. Puis la première Guerre Mondiale éclate et une partie des bâtiments est transformée en prison militaire. Néanmoins, le plan général de la prison Saint Anne a très peu changé depuis le XIXème siècle.



Plan du sous sol lors du projet de création du quartier cellulaire (source: archives.vaucluse.fr)




Les voûtes témoignent encore de l'existence de la chapelle (source: archives.vaucluse.fr)



Suite à un rapport publié par la Commission d’enquête du Sénat en juin 2000, la prison a été déclarée trop vétuste. Le 26 mars 2003, le transfert des prisonniers s’est effectué vers la prison de Pontet beaucoup plus moderne. Pendant plusieurs années, la prison est laissée à l’abandon, totalement figée dans le temps, comme si les hommes et les femmes étaient partis quelques heures auparavant ou tout simplement évaporés. Il reste les lits, les matelas et les draps, les tables, la vaisselle, les posters, les livres ouverts … D’après Yohanne Lamoulère, les murs sont dans le même état que lorsque la prison était occupée.


Couloir de la prison (source: Valérie Suau)

Couloir de la prison (source: Yohanne Lamoulère)



Une porte de cellule (source: Yohanne Lamoulère)



Les détenus ont-ils oublié leurs affaires? (source: archives.vaucluse.fr)



L'intérieur d'une cellule (source: Yohanne Lamoulère)


L'intérieur d'une cellule peinte en rose. Les détenus avaient le droit de peindre leur cellule de la couleur de leur choix (source: Yohanne Lamoulère)



Une cellule haute en couleurs ! (source: Yohanne Lamoulère)


Diverses inscription à l'intérieur d'une cellule, on peut notamment y lire "tout va bien, on s'en va" en parlant du départ pour la prison du Pontet (source: Yohanne Lamoulère)



Salle de détente. On aperçoit au fond de la salle une grande fresque peinte par un détenu (source: archives.vaucluse.fr)



Roses en papier confectionnées par les détenus (source: Yohanne Lamoulère)



Cabinet du dentiste et son matériel (source: Yohanne Lamoulère)


Cour intérieure transformée en terrain de football. Les mauvaises herbes prennent possession du terrain (source: Yohanne Lamoulère)


Une prison fantôme qui cachait même un trésor : sous les combles du quartier des femmes se trouvait un siècle d’archives  !




Depuis 30 ans, toutes les archives de la prison ainsi que celles de la prison de Carpentras ont été déposées sous les combles du quartier des femmes. L’accès aux archives était rendu impossible à cause de l’escalier en mauvais état. Même après la fermeture de la prison, les archives restent en déshérence. Il faut attendre deux ans et demi pour que l’administration pénitentiaire et les archives départementales organisent une mission de sauvetage. Plusieurs mois de travail sont nécessaires face à la masse de documents. C’est ainsi que cet important patrimoine écrit représente 50 mètres linéaires d’archivage (registres d’écrou, dossiers individuels des détenus, contrôle nominatif, …).



Le rayonnage des archives de la prison Sainte Anne (source: archives.vaucluse.fr)



En 2007, l’Etat décide de mettre en vente la prison Sainte Anne via le site France Domaine (une administration chargée de négocier la vente des biens immobiliers de l’Etat). Ce premier appel d’offre démarre aux alentours des quatre millions d’euros. Au prix de vente s’ajoute une condition particulière qui est celle de réaliser un hôtel quatre étoiles. C’est une double contrainte pour l’acheteur car le prix d’achat étant élevé, il s’ajoute donc au prix des travaux qu’il faudrait engager pour aménager en hôtel la vieille bâtisse. Pourtant, l’Etat décline toutes les propositions.

En 2009, l’Etat lance un deuxième appel d’offre qui aboutit. En effet, l’acquisition a été faite par le troisième plus grand groupe hôtelier mondial : Marriott. Le projet a été confié à Michel Macary, architecte du stade de France et de la pyramide du Louvre par exemple : « Nous allons transformer un lieu de souffrance en un lieu de plaisir » déclare-t-il. Les travaux ont commencé en 2010 et l’ouverture est prévue en 2013. Le futur hôtel enthousiasme les élus locaux, le promoteur immobilier et le groupe hôtelier mais beaucoup moins les habitants du quartier. Ces derniers auraient préféré y voir des logements, un nouveau centre des archives départementales ou encore un nouveau palais des congrès voire une cité universitaire.



Voilà à quoi ressemblera la prison Saint Anne après les travaux...(source: Julien Ginoux)


«J’espère que les fantômes de ceux qui y sont morts, ceux qui s’y sont pendus, ceux qui ont planté leurs griffes de désespoir dans les murs, vont venir tirer les pieds de ceux qui y dormiront», déclarait l’un des détenus de la prison Sainte Anne, enfermé jusqu’en 1987 pour braquages (Le figaro ,12 décembre 2007).



Pour plus d'informations :


www.avignondemain.voila.net

3 commentaires:

  1. bonjour,

    puis je savoir à qu' elle société a été vendue cette ancienne prison.

    Qui est le maitre d'oeuvre de sa transformation en hotel ?

    Merci

    RépondreSupprimer
  2. salut,l'hotel sera maudit comme l'a ete la prison! je suis passé deux fois en 2002,l'etat etait pire que insalubre.pendant mes deux incarcérations cette années là,il y eu 10 déces dontunvoisin de ma ville,et un codétenu!ils peuvent faire des lustres en diamant et des toilettes en or,pour rien au monde je ne dormirait las bas!!!

    RépondreSupprimer
  3. Salut anonyme du msg du 22aout, pourrais te contacter pour avoir certaines infos sur Sainte Anne. merci

    RépondreSupprimer