Nombre total de pages vues

mardi 24 mai 2011

La prison d’Annecy : une histoire ancienne



La prison d’Annecy a un passé très chargé et lié au Palais de l’Isle, aujourd’hui Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine de l’Agglomération d’Annecy et classé monument historique depuis le 9 juillet 1974. C’est un musée offrant un beau et large parcours historique de la région d’Annecy et très apprécié des touristes. Il a été entièrement restauré dans les années 1980. En effet, le Palais de l’Isle date du XIIème siècle et a été construit au milieu du canal du Thiou. 

Il avait comme fonction principale d’être le palais du châtelain d’Annecy puis il se transforma en hôtel administratif pour le comte de Genève. Il eut ensuite d’autres fonctions diverses et variées : siège judiciaire, hôtel des monnaies puis, ce qui nous intéresse le plus ici, prison. Ce palais a donc servi de prison de nombreuses fois, les touristes peuvent d’ailleurs visiter à l’intérieur d’anciennes cellules de prisonniers.

Petit historique 


« Aux XIIe et XIIIe siècles, il est entre les mains des seigneurs de l'Ile, qui le tiennent en fief des comtes de Genève. Il est inféodé vers 1219, à la famille de Monthouz. L« Ile » abrite alors les prisons comtales, rôle qu'il gardera jusqu'en 1355, puis un atelier monétaire y fonctionnera jusqu'en 1392. Sous Amédée VIII, la famille de La Croix, en aura quelque temps la charge. Janus, fils cadet du duc Louis de Savoie, ayant reçu le Genevois en apanage, rachète l'inféodation et donne l'« Ile » à son épouse Hélène de Luxembourg. Il restera dans cette famille jusqu'au XVIe siècle, qui le transforme en demeure princière.
Revenu dans les mains des ducs de Genevois, ils y rétablissent les prisons et y installent le palais de justice, ainsi que le Conseil présidial du Genevois et la Cour des comptes. Le Palais de l'Isle conservera ce rôle de prison jusqu'à la Révolution Française. Ensuite, il sera une caserne, pour les troupes de passage, un entrepôt pour l'Intendance, un asile de vieillards, de 1860 à 1880, puis de nouveau une caserne. Menacé de destruction, le coût trop élevé, empêche cette dernière, il est classé en 1896 et dès lors sauvé. Il sert ne nouveau de prison durant la seconde Guerre Mondiale. » 

Une architecture particulière


« Son enceinte épouse le tracé de l'île, en forme de fuseau. Son noyau est une tour datant de la fin du XIIe siècle ou début XIIIe siècle, d'environ 12 m de côté qui a pu être conservée. Tout chez lui est régulier et en ligne. Le rez-de-chaussée est divisé en quatre pièces voûtées. Au premier étage on trouve, la grande salle d'audience surmontée de deux autres étages. Au XVe siècle, on a accolé à ce logis un escalier à vis. Une cour intérieure, à l'est, sépare ce « donjon », d'une chapelle de forme triangulaire, flanquée par la tourelle des latrines. Les cachots sont disposés le long du petit bras du Thiou. »

C’est donc une bonne mise en valeur de ce patrimoine carcéral. On ne perd pas le témoignage de base et on le transforme en objet muséal, en ajoutant autre chose. C’est une reconversion basique mais bien réalisée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire