Nombre total de pages vues

mardi 5 avril 2011

Les anciennes prisons de Bretagne

Voici quelques exemples d’anciennes prisons de Bretagne qui ont été classées. Celles-ci appartiennent aussi bien au domaine public qu’au domaine privé. Elles ne sont pas toutes ouvertes aux visites tandis que d’autre tente de mettre en valeur le patrimoine carcéral en le faisant connaître.


La prison seigneuriale de Guerlesquin


Localisation : Bretagne ; Finistère ; Guerlesquin
Date protection : 1875 : classé au titre des monuments historiques
Protection : classement de la prison seigneuriale par liste datée de 1875
Dénomination : tribunal ; prison
Statut propriété : propriété de la commune

© Monuments historiques, 1992






Ce monument est l’ancienne prison seigneuriale de la juridiction des seigneurs de Guerlesquin.
Cet édifice a été construit vers 1640 par le marquis Vincent du Parc de Kerret, qui était le commandant des Gardes de Richelieu et Seigneur de Guerlesquin. 

Architecture : 

- La prison royale est flanquée à chaque angle d’une échauguette saillante (terme qui désigne la petite construction destinée à abriter, le veilleur surveillant l’horizon), en forme de guérite ronde terminée par un dôme. 
- Au niveau du toit, on trouve deux fenêtres à fronton. 
- Du côté de la fenêtre ouest, on peut remarquer deux latrines. 
- Au rez-de-chaussée, se trouvait le cachot et aux étages le logement des gardiens.

En 1826, la Commune de Guerlesquin a acheté ce monument.

Par la suite, grâce à des démarches entreprises par un guerlesquinais, Prosper Proux auprès du Ministère d’Etat, en 1856, et en particulier auprès de Prosper Mérimée, la prison seigneuriale est sauvée de la destruction. 

Elle est restaurée en 1872, et est par la suite classée au titre des Monuments Historiques en 1875.


Tour des prisonniers de Vitré



- titre : Tour des Prisonniers
- Localisation de l'oeuvre : Bretagne, Ille-et-Vilaine, Vitré
- Date de protection : 11 février 1972 inscrit au titre des monuments historiques
- Dénomination de l'ouvrage : édifice fortifié
- Divers : propriété d'une personne privée
- éléments protégés au titre des Monuments Historiques : la tour
- Epoque de la construction : 13ème siècle et 15ème siècle
- Précisions : Tour des Prisonniers : inscription par arrêté du 11 février 1972
Référence Mérimée : PA00090906

Cette tour, datant de l'enceinte du XIIIe siècle, porte le nom de tour des Prisonniers car elle sert pendant plusieurs siècles de prison. Au XIXe siècle, elle devient l'annexe d'une demeure particulière. Ces fonctions successives modifient l'aspect de ses parties hautes. Elle demeure encore aujourd’hui privée et n’est malheureusement pas ouverte à la visite.

Ancienne prison d’Auray



Cette prison, réalisée avec l'aide financière de Louis XVI, est achevée en 1788.

Disposition :
- La maison est ceinturée de hauts murs.
- Elle dispose de vastes cellules, elle pouvait accueillir 90 détenus.
Le bâtiment est rénové en 1980 et les cellules des étages transformées en logements. Au rez-de-chaussée, deux cellules disciplinaires ou cachots disposent encore de vastes bat-flancs sur lesquels dormaient les prisonniers. Les doubles portes et grilles croisées des fenêtres laissaient peu d'espoir d'évasion.
Notons que les lits en bois et les volets sont recouverts de graffitis dessinés par les détenus ce qui permet de connaître l’histoire de cette prison.




Aujourd’hui, même si les étages ont été aménagés en logement, le rez-de-chaussée, conservé en l'état, est pourvu de deux cachots et du logement du gardien ont été sauvegardées et sont visitables. La municipalité d’Auray organise même des visites guidées des anciennes geôles à destination du jeune public afin de le rendre sensible aux conditions de détentions.

En visitant ces pièces, en observant les graffiti laissés sur les lits en bois et en étudiant des documents d’archives, les jeunes visiteurs pourront se rendre compte de l'univers carcéral de l'époque et de la vie quotidienne des prisonniers... 

Les objectifs sont :
- Illustrer de façon concrète la période révolutionnaire par un exemple local ;
- Découvrir un édifice peu connu ;
- Aborder le thème général de la prison (histoire carcérale, évolution des peines...).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire