Nombre total de pages vues

vendredi 15 avril 2011

Le Struthof, ancien camp devenu lieu de mémoire et musée par Margaux Trouvé


Aujourd'hui, le Struthof est devenu un lieu de mémoire pour que, d'une part, le souvenir des martyrs qui y ont trouvé la mort par l'épuisement ou par les massacres soit perpétué de génération en génération et pour que, d'autre part, chaque visiteur puisse lancer en toute connaissance de cause cet appel : "Plus jamais ça !".

Tout commence en 1950, date à laquelle le site du camp est classé monument historique. Peu après, en 1951, c’est le bâtiment de la chambre à gaz qui est classé à son tour. Cette protection s’est faite à l'instigation de Bertrand Monnet, Architecte en Chef des Monuments Historiques et auteur, en 1960, du mémorial du camp (sculpture par Lucien Fenaux). En 1954, les baraques qui menacent de s'effondrer sont détruites à l'exception de quatre d'entre elles situées en haut et en bas du site : en haut, la baraque n°1 et la baraque des cuisines ; en bas, la baraque du four crématoire et la baraque du bloc cellulaire. Le 23 juillet 1960, le Mémorial aux martyrs et héros de la déportation ainsi que la nécropole nationale sont inaugurés par le Président de la République, le général de Gaulle. Le 27 juin 1963, c’est inauguration du musée de la déportation de Natzweiler-Struthof, aménagé dans la baraque n°1 par le Ministère des Anciens combattants. Dans la nuit du 12 au 13 mai 1976, le musée est totalement détruit par un incendie criminel perpétré par des négationnistes néo-nazis. Il sera reconstruit selon les plans d'origine. La baraque numéro 1 abrite aujourd'hui un musée qui regroupe divers objets recueillis dans le camp et retrace l'histoire du national-socialisme. Le 3 novembre 2005, à l'occasion du soixantième anniversaire de la libération du camp, le Président de la République, Jacques Chirac, inaugure sur le site de Natzweiler-Struthof, le centre européen du résistant déporté.

Le site visible aujourd'hui dans sa structure d'origine, comprend : 
Le Musée de l'Histoire de la Déportation sur la première plate-forme, avec la potence, le four crématoire, la prison et la fosse aux cendres. 
Le Mémorial de la Déportation, inauguré par le général de Gaulle le 23 juillet 1960, symbolise la flamme de la Liberté par une spirale de béton de 40,50 m de haut et signale de loin l'emplacement du camp. 
La nécropole nationale avec 1 120 tombes de déportés. 
La chambre à gaz, dans un bâtiment à 1500 m à gauche avant l'entrée du camp et la carrière, à quelques kilomètres du site. 

À visiter, le site officiel du camp : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire