Nombre total de pages vues

vendredi 15 avril 2011

Histoire du camp du Struthof

À l’origine, le lieu-dit du Struthof, sur le Mont-Louise, était une station touristique très appréciée depuis le début du XXe siècle, en particulier par les Strasbourgeois qui y trouvaient un hôtel et des pistes de ski. Mais malheureusement, ce n’est pas pour cela que ce nom est resté dans les mémoires. En effet, en juin 1940, l’Alsace et la Moselle sont annexées au Reich. Après la visite du site en septembre 1940 par Blumberg, géologue et colonel SS, Himmler décide la construction d'un camp au Struthof, choisi en fonction de sa situation isolée et de la proximité de la "Grande Carrière" dont le granit rose était recherché et qui servi à de nombreuses constructions dans les villes allemandes. Le KL-Natzweiller (KL : Konzentrationslager), seul camp de concentration présent sur le territoire français, a donc été ouvert par les nazis le 21 avril 1941 alors que les premiers prisonniers (Allemands et Autrichiens) arrivent le mois suivant, les 21 et 23 mai dans deux convois en provenance de Sachsenhause. Ces derniers construisirent les premières baraques du KL-Natzweiler.


Le camp nécessitait environ quatre-vingt SS pour fonctionner, que ce soit pour encadrer les prisonniers ou pour l’administrer. Au total, c’est à peu près deux cent cinquante SS qui y seront affectés pendant la guerre. À l’origine prévu pour recevoir deux
mille prisonniers, le camp va vite être surpeuplé. Il abrite des prisonniers travaillant au profit de l’industrie de guerre nazie mais c’est aussi un lieu d’expériences médicales, orchestrées par des professeurs de l’Université du Reich de Strasbourg. Un four crématoire est ajouté au complexe en 1943. Devenue zone interdite, le camp fut achevé en octobre 1943.

Les SS quitteront en toute hâte le lieu au début du mois de septembre 1944 face à l’avancée des troupes alliées qui arrivent dans le camp le 23 novembre. Les camps annexes continueront eux de fonctionner et de recevoir de nombreux déportés, et ne seront évacués qu’entre mars et mai 1945 lors des « marches de la mort » qui ont fait environ cinq mille morts.


Le KL-Natzweiler est un camp de niveau III (Lagerstufe III) donc parmi les plus sévères du système concentrationnaire. Il est considéré comme l’un des camps les plus meurtriers du système nazi et on y compte près de cinquante deux mille personnes déportées. Les prisonniers sont en majorité originaires de Pologne, d’Union soviétique, de France, des Pays-Bas, d’Allemagne et de Norvège. Les conditions inhumaines de travail et de détention, la malnutrition, les sévices des kapos et des SS ainsi que les nombreuses exécutions par balle ou pendaisons ont provoqué la mort d’au moins vingt-deux mille détenus. Dirigé jusqu’en mai 1944 par Joseph Kramer, le Struthof est avec Mauthausen l’un des camps les plus meurtriers du système concentrationnaire nazi avec un taux de mortalité de plus de quarante pour cent. Le camp sera utilisé jusqu'en 1949 par l'administration pénitentiaire française. À cette même date, la gestion du site est placée sous la tutelle du Ministère des Anciens combattants et Victimes de la guerre.


Quelques données complémentaires :

Le camp :

Superficie du camp: 4,5 hectares

Altitude : 800 mètres

Orientation : nord-est, pente 20%

Climat du camp en 1943 :

    · été : températures élevées, plein soleil, pas d’ombre

    · automne : pluies fréquentes, brouillard dense

    · hiver : vent glacial, températures entre - 10° et - 20°, 1m50 de neige

Les déportés :

Nombre de nationalités représentées : ± 30

Nombre de déportés camp central + camps annexes: ± 52 000

Nombre de morts : ± 22 000

Taux de mortalité : 40%.

Effectif normal du camp central : ± 2 000 déportés,

Effectif du camp central en période d’affluence : ± 7 000 déportés,

Effectif par baraque: 150 à 250 déportés,

Effectif par baraque en période d’affluence: 650 à 750 déportés.

Durée d’internement la plus courte : 1 jour,

Durée d’internement la plus longue : 3 ans et 6 mois (42 mois),

Durée d’internement moyen au camp : entre 1 et 6 mois.

Déporté le plus jeune immatriculé au camp : 11 ans,

Déporté le plus âgé immatriculé au camp : 78 ans.

Age moyen : 20 ans.

Uniforme : 1 chemise, 1 pantalon, 1 veste, 1 paire de claquettes en bois – souvent sous forme de pyjamas rayés ou alors vieux vêtements civils en provenance d’autres camps.

L'alimentation :

· matin : 1 louche de « café »

· matinée : sur les lieux de travail, 1 fine tranche de pain noir et 1 fine tranche de saucisson

· midi : soupe de rutabaga ou de choux

· soir : 1 bout de pain noir 1 fois par semaine : 50g de marmelade.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire