Nombre total de pages vues

mardi 26 avril 2011

Le devenir de la prison de Loos-lès-Lille ( articles de La Voix du Nord)

Du bon et du mauvais... Tout d'abord une victoire pour les associations de sauvegarde de l'abbaye-prison de Loos : alors que sa destruction avait été programmée l'an dernier, ses défenseurs ont finalement obtenu gain de cause avec l'arrêt du projet. Mais un bémol s'ajoute : à la demande faite en 2005 de classement du bâtiment (relancée l'an dernier notamment par Anne Voituriez, conseillère municipale d'opposition), la DRAC a finalement rendu sa décision le 23 avril dernier en rejetant la requête. Retour sur les deux articles de Gilles Contraire relatant les événements dans lavoixdunord.fr.


" Première victoire pour les défenseurs de l'abbaye-prison de Loos, en attendant...(Mercredi 02.03.2011- La Voix du Nord)




Si le projet d'une nouvelle prison n'est pas remis en cause, l'ancienne abbaye ne sera pas détruite. Photo Patrick DELECROIX



Patrimoine


Ils l'on appris dans nos colonnes. La veille, au terme d'un long silence, la chancellerie annonçait la préservation de l'abbaye-prison de Loos. Hier, les membres de l'association "Loos pour tous" et "Renaissance du Lille ancien" se sont réunis pour savourer leur victoire...et évoquer l'avenir.

Le projet initial de démolition-reconstruction du centre pénitentiaire, évoqué l'été dernier, a donc fait long feu. Au terme d'une campagne initié à l'automne par "Loos pour tous", rejointe en janvier par la médiatique association "Renaissance du Lille ancien", l'abbaye-prison ne cèdera pas aux assauts des pelleteuses. Si mérite il y a, il revient principalement à l'association lossoise et à sa chef de file, la conseillère loossoise Anne Voituriez.



L'avocate, en exhumant une demande de classement aux Monuments Historiques du bâtiment, en cours de traitement, a donné un coup de pied dans la fourmilière alors que tout semblait scellé. Depuis, son association a mené une campagne de lobbying, entre courriers officiels et pétition (plus de 1000 signatures).

Les bénévoles loossois avaient par ailleurs envoyé début février une demande d'instance de classement au ministre de la Culture. "Renaissance du Lille ancien", venue en soutien, a fait de même, et les deux associations ont su communiquer, y compris avec des élus du secteur. Ce travail a-t-il payé? Sans doute, même si on s'en défend à l'Agence publique pour l'immobilier de la Justice (APIJ). "C'est vrai qu'au départ, la démolition était pour nous le plus simple, mais nous en étions aux études préalables. Depuis, nous avons fait un travail de maturation, notamment avec la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles)", indique la directrice de programme de l'APIJ. Il est vrai que l'intérêt patrimonial de l'ancienne abbaye, qui a fait l'objet de nombreux ouvrages, y compris avec l'administration pénitentiaire, était totalement méconnu... Anne Voituriez en sourit : "Visiblement, les gens qui avaient conçu le projet ne connaissaient pas bien le dossier". Quoi qu'il en soit, son association et leurs compagnons de lutte lillois ont eu gain de cause. Les études relatives à une requalification ont commencé.

Rien pour l'instant ne semble arrêté. "On peut penser raisonnablement que ces études seront terminées pour la fin de l'année", annonce le représentant de l'APIJ qui, en dépit de la nouvelle donne, espère toujours tenir les délais annoncés l'été dernier, à savoir la livraison d'une nouvelle prison, sur site, pour 2015. "L'idée est de limiter l'impact calendaire car c'est un dossier jugé prioritaire", glisse l'intéressé.

Rendez-vous dans quelques mois."

GILLES CONTRAIRE



"L'abbaye-prison de Loos ne sera pas classée : "l'énorme surprise" d'Anne Voituriez (samedi 23.04.2011 - La Voix du Nord)



Patrimoine


Comme nous l'écrivions dans notre édition d'hier, la Direction régionale des affaires culturelles a décidé de ne pas donner suite à la demande de classement de l'ancienne abbaye de Loos. La requête, formulée en 2005, avait été exhumée l'an dernier, lorsque l'administration pénitentiaire avait annoncé son souhait de détruire l'édifice dans le cadre d'une reconstruction. Les membres de l'association "Loos pour tous", à l'origine du combat pour sa préservation, avaient eu gain de cause le mois dernier.

Vers un recours ?


Mais leur satisfaction a été de courte durée. "Renaissance du Lille ancien", qui s'est jointe à leur bataille en janvier, a reçu un courrier de la DRAC dans lequel il est écrit : "La décision du ministère de la Justice de conserver l'ensemble des bâtiments de l'ancienne abbaye (...) incite à n'engager ni instance de procédure de classement, ni inscription au titre des monuments historiques, désormais dans objet...". C'est une énorme surprise, commentait hier midi Anne Voituriez, de "Loos pour tous" et conseillère municipale d'opposition.

"Je n'ai pas encore reçu ce courrier, mais si je le reçois, je répondrai à la DRAC que la décision du ministère de la Justice ne rend pas inutile l'inscription de certains éléments de l'ancienne abbaye". L'élue, avocate de profession, a aussi tiqué sur le choix des mots : "Je vais voir si en droit, le terme "sans objet" peut être assimilé à un refus." Si tel est le cas, elle n'exclut pas un recours. En attendant, elle s'interroge sur les raisons de cette décision. Aurait-elle été prise pour éviter les contraintes imposées par un classement lors de travaux ? La Loossoise n'y croit qu'à moitié : "Il n'y a plus grand chose à préserver à l'intérieur. Ce qui est intéressant, ce sont les murs extérieurs." Anne Voituriez aura peut-être l'occasion d'évoquer le sujet avec Alain Jégo, le directeur inter-régional de l'administration pénitentiaire. Si ce dernier répond à sa demande de rendez-vous."



GILLES CONTRAIRE


Source : www.lavoixdunord.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire