Nombre total de pages vues

dimanche 21 novembre 2010

La maison d'arrêt de Coutances promise à la fermeture

Entrée de la maison d'arrêt de Coutances (source : www.annuaires.justice.gouv.fr)



Touchée par le plan de modernisation des prisons françaises, la maison d’arrêt de Coutances devra fermer ses portes en 2015. Vétuste et surpeuplée, la prison accueille une soixantaine de détenus pour 48 places. Il y a 10 ans, on évoquait déjà sa vétusté comme le montre ce reportage de France 3 réalisé en juillet 2000 (cliquez sur la première photo pour voir le reportage).

La maison d’arrêt sera remplacée par une nouvelle prison qui devrait être construite dans la Manche. Ce nouvel établissement qui pourra recevoir 400 détenus, remplacera aussi la prison de Cherbourg, elle aussi promise à la fermeture. Le débat actuel est celui-ci : où va-t-on construire la nouvelle prison ? Plusieurs villes étaient en compétition depuis quelques mois mais aujourd’hui il n’en reste plus que deux : Coutances et Saint-Lô. On devrait connaître l’emplacement final du futur centre pénitentiaire d’ici quelques jours. Mais une autre question devrait se poser dans quelques mois ou peut-être quelques années, que fait-on des bâtiments de l’actuelle maison d’arrêt de Coutances ?
Cette maison d’arrêt a été édifiée entre 1821 et 1828 dans le cadre de l’ordonnance royale de 1819 pour l’amélioration des prisons. L’hébergement des détenus se fait alors dans des dortoirs. L’idée d’isoler tous les détenus dans des cellules n’est pas encore à l’ordre du jour en France. Elle le sera véritablement que vers 1832 avec la publication de l’ouvrage de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son application. Les premiers détenus arrivent à la prison de Coutances en 1828. En juin 1944, l’une des ailes de la prison est détruite par les bombardements. La capacité d’accueille est alors réduite d’un tiers. Aujourd’hui, les détenus à Coutances sont toujours dans des dortoirs. C’est cette particularité qui cause la perte de la prison. Les directives européennes imposent la disparition des « cellules-dortoirs ».
L’intérêt patrimonial de ce bâtiment n’est donc pas nul, particulièrement concernant l’histoire carcérale française. La maison d’arrêt de Coutances a la particularité d’être une petite prison du début du XIXe siècle dont l’hébergement se fait en dortoirs. Mais est-ce suffisant pour être conservé, en tant que prison ? L’avenir nous le dira.
La maison d'arrêt en centre-ville (www.ouest-france.fr)

Derrière les murs (www.ina.fr)
Sources :
www.ina.fr
www.lamanchelibre.fr

1 commentaire:

  1. j'y ai travaillé durant 11 ans et, sauf le temps (étant du midi) j'en garde un très agréable souvenir!
    @plus

    RépondreSupprimer