Nombre total de pages vues

lundi 29 novembre 2010

Les prisons flottantes de Nantes


Les noyades de Nantes par Duplessis-Bertaux


Bien qu'il ne reste aucune trace de ce patrimoine, il semble nécessaire d'évoquer les diverses prisons flottantes de Nantes car elles sont les conséquences d'une période précise et d'un trait historique important dans l'histoire de la ville.

Pendant la Révolution, le nombre d’arrestations ne cessent d'augmenter dans la ville de Nantes. Les prisons, face à cet accroissement de prisonniers, sont pleines. De nombreux bateaux sont alors immobilisés dans le port : la Thérèse, la Gloire et la Louise. Aucune hygiène dans ces geôles sans eau. Hommes, femmes et enfants gisent à même le sol et attendent leur triste sort. Beaucoup sont malades et chaque jour un grand nombre de cadavres sont jetés par les fenêtres. Peu de prisonniers y survivront, victime de la maladie, des fusillades, de la guillotine ou des noyades en Loire

Ces prisons flottantes avaient un double avantage, celui d’enfermer dans les cales et ainsi d’isoler complètement les détenus et de limiter au minimum les risques d’évasion. Ces différentes galiotes vont servir à désengorger les différentes prisons de la ville, notamment celles du Bouffay et Saintes Claires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire