Nombre total de pages vues

samedi 20 novembre 2010

L'avenir de Pau et Agen

La prison départementale d'Agen a été construite en 1854 par PAYEN Léopold Pierre Damien en centre ville, à proximité du palais de justice et mise en service en 1860. Elle accueille les prévenus et les condamnés au reliquat de peine inférieur à 3 ans. La maison d'arrêt est constituée d'un bâtiment central "en croix de Lorraine" rectangulaire à deux niveaux avec, de part et d'autre, de petites ailes qui délimitent les cours de promenade. À l'origine, le régime d'isolement individuel y était appliqué puis le régime en commun y fut remis en vigueur.


source image : le post.fr



La maison d'arrêt de Pau, située en centre ville, a été construite en 1860 et mise en service l'année suivante.La maison d'arrêt, qui accueille des détenus femmes, mineurs et hommes majeurs occupe la superficie d'un hectare. Elle reçoit les prévenus (détenus en attente de jugement) ainsi que les condamnés dont le reliquat de peine n'excède pas, en principe, un an lors de leur condamnation définitive.


source image: Sud-Ouest

Ces deux établissements sont liés. En effet, depuis juillet 2010, il a été décidé que l'établissement de Pau fermerait ses portes après 150 ans de service au profit d'un nouvel établissement toujours situé sur l'agglomération paloise. Le bâtiment sera préalablement détruit. Ceci n'est pas sans conséquence sur Agen qui verra ses détenus transférés à Pau.

Voici l'extrait de l'article paru dans Sud-Ouest :

"Une nouvelle prison à Pau

Michèle Alliot-Marie a annoncé hier la construction d'une nouvelle maison d'arrêt dans l'agglomération paloise. Elle accueillera aussi les prisonniers détenus à Agen.

«Assurer des conditions dignes de détention » pour mettre la France « en conformité avec les règles pénitentiaires européennes ». La ministre de la justice Michèle Alliot-Marie a confirmé lundi la fermeture de la prison de Pau, qui était annoncée pour 2017 depuis déjà plusieurs mois. Elle annonce, aussi, la fermeture de la prison d'Agen.

Jugées trop vétustes pour être rénovées les maisons d'arrêt de Pau et d'Agen font partie de la liste des 23 prisons françaises devant être détruites d'ici la fin 2017.


La prison agenaise disparaîtra et ses détenus seront déplacés vers l'agglomération paloise où sera construit un nouvel établissement pénitentiaire, plus grand - 700 places maximum - en conformité avec la loi pénitentiaire votée en 2009.

Celle-ci prévoit de modifier les établissements actuels pour les mettre en conformité avec les règles pénitentiaires européennes.

« Inhumanité »

Jean-Michel Delarue, contrôleur général des « lieux de privation de liberté » avait dénoncé en mars dans son rapport annuel « l'inhumanité » des prisons françaises. Il s'opposait, également, à la réforme de la carte pénitentiaire telle qu'elle est menée, souhaitant la construction de petits établissements de 200 places plutôt que leur fusion dans de grosses maisons d'arrêt.

La démolition de l'actuelle prison paloise est une « bonne nouvelle » pour Alain Duchateau, premier adjoint au maire de Pau : « Les conditions d'accueil des détenus, et de leurs proches en visite, sont aujourd'hui d'un autre âge, indignes ». Puis « il va falloir réfléchir, et faire des propositions de terrains, à l'échelle du Grand Pau. La Ville de Pau n'a pas de terrain suffisamment vaste pour accueillir une maison d'arrêt moderne ».

La piste de Lons

Consultée par courrier par le préfet, comme toutes les autres communes de l'agglomération pour en connaître la capacité d'accueil, son maire, James Chambaud avait fait état d'un terrain plat de 15 hectares à côté de l'école des troupes aéroportées de Pau."



Source:

. Une nouvelle prison à Pau sur le site Sudouest.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire