Nombre total de pages vues

samedi 20 novembre 2010

La "Villa Chagrin" de Bayonne

La maison d'arrêt de Bayonne, construite à partir de 1879, a été mise en service le 16 octobre 1891. Située dans le Pays-Basque dans la ville de Bayonne (département des Pyrénées-Atlantiques), dans un quartier périphérique appelé "Quartier Saint-Esprit", l'établissement accueille un centre de formation aux métiers de bouche de 15 places.

Photo de l'entrée de la maison d'arrêt de Bayonne

Cependant, la principale information vient d'un article paru en 2008 sur le devenir de cette prison. En effet, un nouvel établissement a ouvert ses portes à Mont de Marsan et le maire de Bayonne souhaite vivement se débarrasser de ce " patrimoine".

Voici l'article paru en 2008 sur le site eitb.com (désormais indisponible en ligne) :

" La "Villa Chagrin" : un patrimoine pénitentiaire dont Bayonne se débarrasserait bien

La perspective de l'ouverture d'un nouvel établissement pénitentiaire à Mont de Marsan (Landes) réouvre la discussion sur le devenir de la Maison d'Arrêt de Bayonne (Pays Basque nord).
Dans un mois, une nouvelle prison sera mise en service dans les Landes, à Mont de Marsan, d'une capacité de 690 places, et remplacera le bâtiment existant sur la commune, d'une capacité de 70 places.

La possibilité de transformer une zone de sécurité en réserve foncière pour une municipalité est une éventualité qui n'a pas échappé au Maire de Bayonne : l'accroissement de la capacité d'accueil pourrait lui donner la possibilité de voir fermer cet établissement connu pour ses taux d'occupation habituels de 200%, et lui donner une possibilité d'extension de la zone d'habitation environnante.

Pour Gabi Mouesca, Président pour la France de l'Observatoire International des Prisons, ce discours fleure bon l'entourloupe : "c'est un leurre de considérer que la prison de Bayonne peut fermer du fait de l'ouverture de Mont-de-Marsan. Nous n'avons jamais observé une prison qui, plus tôt que tard, n'arrive rapidement à saturation, surtout en considérant le durcissement de la politique pénale pratiquée actuellement."
Les considérations du Président français de l'OIP sur les atteintes aux liens familiaux ou au droit de la défense ont peu de chances de bouleverser la municipalité : l'équipe de Jean Grenet cherche actuellement à se débarasser de ce "patrimoine" misérable construit sous Victor Hugo, et cherche donc à convaincre l'Etat et collectivités locales de la création d'une nouvelle prison.
À l'écart d'une telle zone intéressante économiquement comme ici à l'entrée nord de Bayonne, cela va sans dire.

En fin de compte, la décision concernant la maison d'arrêt bayonnaise, de son vrai nom "La Villa Chagrin", devrait relever de la décision du Garde des Sceaux très prochainement...."


Source :

http://www.annuaires.justice.gouv.fr/etablissements-penitentiaires-10113/direction-interregionale-de-bordeaux-10122/bayonne-10687.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire