Nombre total de pages vues

mardi 19 octobre 2010

De la citadelle à l'université Fort Vauban à Nîmes

Entrée du Fort Vauban en 1890- Collection Musée du vieux Nîmes 



Le fort construit entre 1687 et 1688 non pas par Vauban mais sur le modèle bien connu de ses forts, par l'intendant du Languedoc Nicolas Lamoignon de Basville sur les plans de l'ingénieur de Louis XIV Jean François Ferry et des architectes Jean Papot et Jacques Cubizol avec l'aide, notamment de Gabriel Dardaillon . 

Il s'agissait, pour le pouvoir royal, comme pour les citadelles de Montpellier (actuel lycée Joffre), Alès ou encore Saint-Hippolyte-du-Fort, de créer des places de sûreté et de surveillance de ces villes "protestantes". (A Nîmes, on peut noter la splendide porte d'accès surmontée de la sculpture d'une grande coquille Saint-Jacques). 

Prison du 19ème siècle à 1990 (très rude par ses conditions de détention), le lieu est finalement destiné à l'enseignement supérieur depuis 1992.


La Citadelle, prison politique en 1790



A la révolution de citadelle devint une prison politique de sécurité. La bagarre de Nîmes de juin 1790, où un affrontement sanglant opposant des catholiques à des protestants fut le coup d'envoi d’une répression de la part de militants patriotes qui en profitèrent pour affirmer leur domination.

Les prisons du palais de justice, de l’hôtel de ville et de la citadelle étaient quasi remplies. Une législation d’exception fut progressivement mise en place.

La Citadelle, prison Centrale à partir de 1820



L’ordonnance royale du 30 mars 1820, affecte les bâtiments de l’ancienne citadelle de Nîmes à la maison centrale de détention. 

Ce bâtiment abritait auparavant une maison de correction ainsi que le dépôt de mendicité. 

Au départ la maison centrale est prévue pour loger 750 détenus, l’effectif passera progressivement de 250 en 1820, 742 en 1825 et 1226 en 1835. Il y aura des détenus des deux sexes.


Cellules Fort Vauban en 1890 - Collection Musée du vieux Nîmes

Dans le projet initial, il était prévu des espaces destinés aux divers cultes. Ce n’est qu’en 1826 que sera construite la première chapelle.

Synagogue Fort Vauban en 1890 - Collection Musée du vieux Nîmes
Chapelle Fort Vauban en 1890 - Collection Musée du vieux Nîmes
Des ateliers de manufactures seront mis en place tout au début. Un entrepreneur ayant soumissionné était chargé d’organiser les ateliers, d’assurer les fournitures et de commercialiser les produits. Un main-d’œuvre bon marché et quasi sans charges lui permettait de réaliser de substantiels bénéfices.


Chaiserie Fort Vauban en 1890 - Collection Musée du vieux Nîmes
Les conditions de détention étant très rude, la mortalité était de 10% annuel de la population carcérale. Un condamné à une peine supérieure à dix années n’avait, statistiquement parlant, aucune chance de sortir vivant de cet établissement, c’était la plus terrible des réalités. Mais était-il au courant de son futur sort ?

Salle de discipline Fort Vauban en 1890 - Collection Musée du vieux Nîmes


En 1842, le 20 janvier, on installait les frères des Écoles chrétiennes en remplacement des gardiens dans la maison centrale de détention. 

Cette dernière occupait depuis 1820 l'ancien fort (Fort Vauban). Le samedi 11 octobre 1845, un crime horrible fut commis. Un détenu s'empara en cachette d'un tire-point puis frappa mortellement un frère en pleine poitrine. Le détenu fut jugé en cour d'assise le 27 novembre 1845. Condamné à mort, le meurtrier ne subit sa peine que l'année suivante. Il avait dix-neuf ans. Quelque temps après ce crime affreux, les frères furent retirés de la centrale.


La Citadelle, Université Fort Vauban à partir de 1995



En 1991, en juin fermeture de la maison centrale « Fort Vauban », la ville de Nîmes rachète l'ensemble des bâtiments pour créer une faculté de Lettres. Les travaux d'aménagements seront réalisés par l'architecte Andrea Bruno.


Cours de l' Université dans le Fort Vauban - Université de Nîmes

En 1995, le11 octobre Inauguration du nouveau centre universitaire sur le site du fort Vauban.


Sources :

http://www.unimes.fr/fr/presentation/les_sites/historique.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire